Juan Jerez, le photographe qui parcourt le monde mobile en poche

Chronicles from #Arles Day 2 #HuaweiOOArles #HuaweiP10 #rencontresarles #rencontresarles2017

A post shared by Juan Jerez (@juanjerez) on

Juan Jerez parcourt le monde son appareil en poche, mais possède surtout un œil de photographe toujours sur le qui-vive. Originaire d’Andalousie, il a vécu en Espagne et en Italie, pour finir par s’installer en France.

Globe-trotteur dans l’âme, son travail navigue entre reportage et photographie urbaine. Vivant aujourd’hui de la photo, ses images lui ont permis d’aller aux quatre coins du monde, de l’Indonésie à la Finlande en passant par le Moyen-Orient. S’il travaille avec plusieurs boîtiers – reflex, hybrides et argentiques –, il est toujours armé de son téléphone pour être certain de ne rien louper :

“Il y a des situations où l’utilisation d’un smartphone est très intéressante. Pour la photo de rue, par exemple, il est essentiel d’être discret. L’usage d’un smartphone permet alors de passer inaperçu, de devenir presque invisible. Il n’y a pas de bruit quand on shoote et on a un dispositif d’une taille minimale qu’on peut garder dans sa poche et avoir toujours sur soi. Pour moi, c’est un grand avantage.”

Mont-Saint-Michel, mai 2017. (© Juan Jerez)

“Cette photo me plaît particulièrement. Un groupe de pèlerins traverse la baie du Mont-Saint-Michel en profitant de la marée basse. En comparaison avec les nuages, les figures humaines apparaissent minuscules, insignifiantes. Il y a quelque chose du ‘sublime’ romantique dans cette image.”

Jérusalem, avril 2017. (© Juan Jerez)

“J’ai eu la chance d’aller à Jérusalem pour la première fois cette année. C’était une vraie découverte. Il y a une atmosphère très particulière dans cet endroit millénaire. Après avoir passé toute la journée dans les vieilles rues du centre, je suis monté au mont des Oliviers. Je voulais prendre un peu de distance et voir la ville depuis un point élevé. La vue avec les derniers rayons du soleil est incroyable.”

Ronda, mars 2017. (© Juan Jerez)

“Je voyage souvent en Andalousie. Le paysage du Sud m’attire énormément. Cette année, j’ai visité la ville de Ronda. On dirait un lieu provenant d’une autre époque. Les maisons blanches au bord de la falaise, les rues minuscules, les églises… Tout semble appartenir à un temps déjà passé.”

Barcelone, février 2017. (© Juan Jerez)

“Les rues du quartier d’El Raval à Barcelone sont parfaites pour la ‘street photo’. J’aime beaucoup me perdre dans ce lieu si complexe et populaire. Ces rues étroites me permettent d’avoir des effets de perspective assez insolites.”

Arles, juillet 2017. (© Juan Jerez)

“Arles est une ville au patrimoine architectural incroyable. J’aime bien photographier ce décor, avec cette lumière dure du Sud. Elle permet de mettre en valeur la richesse des façades : la matière des portes, les couleurs…”

Normandie, mars 2017. (© Juan Jerez)

“C’est lors d’un reportage photo en Normandie, l’automne dernier, que j’ai découvert le paysage de Pourville. La vue des falaises au coucher du soleil est inoubliable.”

Arles, juillet 2017. (© Juan Jerez)

Cette photo a quelque chose d’intemporel. On dirait des gladiateurs en train d’attendre le moment d’entrer dans l’arène.”

Paris, mars 2017. (© Juan Jerez)

“J’aime beaucoup photographier Paris à la tombée de la nuit. Pendant la ‘blue hour’, les couleurs du ciel et du zinc des toits des bâtiments haussmanniens se mélangent merveilleusement bien. Ce jour-là, j’étais sur une terrasse en plein centre de Paris. La vue était incroyable. Le ciel chargé de nuages apportait un effet dramatique à la scène.”

Comments

comments

Utopian

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *